Qu'est-ce que la Médecine douce ou holistique?

"La force qui est en chacun de nous est notre plus grand médecin" Hippocrate

Vous trouverez de nombreuses définitions au sujet de la Médecine douce, cependant pour faire simple, nous dirions qu'elle diffère de la Médecine officiellement reconnue et traditionnelle qui semble prônée dans notre pays et dans le monde : l'Allopathie. Elle emploie d'autres formes de thérapeutiques que la médication.

Elle base ses traitements sur l'utilisation exclusive de moyens naturels et sans appel aux substances synthétiques et modifiées pharmaceutiquement ou chimiquement. 

Elle travaille en collaboration avec les médecins traditionnels et allopathes. En effet, le but n'est pas de se mettre en concurrence. Il s'agit de travailler avec intelligence pour aider toute personne à retrouver son équilibre et son bien-être.

La Médecine douce va essayer de préparer au mieux la personne ver sun chemin d'autonomie pour retrouver sa santé et sa vitalité.

Elle essaie d'éveiller tout individu vers la responsabilisation de la santé de son corps, de son mental et de sa vitalité.

Tout d'abord, l'étymologie.

La Médecine puise ses origines dans les racines latines et d'un mot :

MEDICINA : médicament, guérison, remède, potion et art de guérir, art qui soigne.



Son origine : Hippocrate bien-sûr ! Cela vous dit quelque chose ?

Tous les médecins font en effet le serment d'Hippocrate.

Depuis ses origines, il a été sérieusement modifié, revu et réactualisé.

Hippocrate est le précurseur de la médecine douce. Philosophe grec et scientifique né en 460 avant J-C, il prônait la diététique : "Que ton aliment soit ta seule médecine" et la santé du corps et de l'esprit : "L'homme doit harmoniser l'esprit et le corps".



En effet, son objectif était d'allier le mode de vie et d'alimentation aux troubles du corps. La réparation devait (et devrait toujours) d'abord partir du corps, en écoutant ses signes, ses maux, ses besoins.

Son serment d'origine à recontextualiser

« Je jure par Apollon, médecin, par Asclépios, par Hygie et Panacée, par tous les dieux et toutes les déesses, les prenant à témoin que je remplirai, suivant mes forces et ma capacité, le serment et l'engagement suivants :

Je mettrai mon maître de médecine au même rang que les auteurs de mes jours, je partagerai avec lui mon savoir et, le cas échéant, je pourvoirai à ses besoins ; je tiendrai ses enfants pour des frères, et, s'ils désirent apprendre la médecine, je la leur enseignerai sans salaire ni engagement. Je ferai part de mes préceptes, des leçons orales et du reste de l'enseignement à mes fils, à ceux de mon maître et aux disciples liés par engagement et un serment suivant la loi médicale, mais à nul autre.

Je dirigerai le régime des malades à leur avantage, suivant mes forces et mon jugement, et je m'abstiendrai de tout mal et de toute injustice. Je ne remettrai à personne du poison, si on m'en demande, ni ne prendrai l'initiative d'une pareille suggestion ; semblablement, je ne remettrai à aucune femme un pessaire abortif. Je passerai ma vie et j'exercerai mon art dans l'innocence et la pureté.

Je ne pratiquerai pas l'opération de la taille, je la laisserai aux gens qui s'en occupent.

Dans quelque maison que j'entre, j'y entrerai pour l'utilité des malades, me préservant de tout méfait volontaire et corrupteur, et surtout de la séduction des femmes et des garçons, libres ou esclaves.

Quoi que je voie ou entende dans la société pendant, ou même hors de l'exercice de ma profession, je tairai ce qui n'a jamais besoin d'être divulgué, regardant la discrétion comme un devoir en pareil cas.

Si je remplis ce serment sans l'enfreindre, qu'il me soit donné de jouir heureusement de la vie et de ma profession, honoré à jamais des hommes ; si je le viole et que je me parjure, puissé-je avoir un sort contraire ! »

Comment définit-on vraiment la Médecine douce aujourd'hui ?

Une science : Science de l'harmonie du corps, de l'esprit et de la conscience.

Un art de vivre : Trouver toute technique qui vous convienne pour ne plus dépendre du mental : Le Sophrologie, Le Reiki, la médiation, la pleine conscience sont des solutions. Enfin apprendre à revenir dans son corps pour y retrouver son ancrage et sa force.

Une philosophie de vie : Recherche constante d'un équilibre et de la vitalité.

Un principe : l'autoguérison, l'auto-réparation du corps dans sa globalité.

​​

Par quelles pratiques se définit-elle ?

La Naturopathie, l'Osteopathie, l'Homéopathie, la Kinésologie, la Thérapie du Sport, la Medecine chinoise, la Psychothérapie, la Massothérapie, la Sophrologie, l'Hypnothérapie, l'Othothérapie, l'Acupuncture, la Kinésiologie, la Chiropractie, la Medecine sportive, le REIKI, la Médecine ayurvédique, le Magnétisme, l'Aromathérapie, la Lithothérapie, Sophrothérapie, la Méditation, etc...



La Naturopathie en fait partie et semble d'ailleurs rassembler toutes ces techniques pour un seul et vrai objectif : votre équilibre et votre bien-être. ;-)

Alors tenté(e) ?

Vous n'avez plus qu'à franchir le pas :-)

20 vues

06.95.06.03.10

©2019 by Sophie Colas. Proudly created with Wix.com