Printemps, pollens, virus et problèmes respiratoires : comment se protéger.

"Gardez votre vitalité. Une vie sans santé est comme une rivière sans eau". Maxime Lagacé


En Gironde, le printemps est souvent marqué par l’arrivée du pollen issu des pins maritimes.

Lors de nos déplacements sur nos magnifiques routes traversant la forêt des Landes de Gascogne, nous côtoyons de denses nuages de pollen, Dans ces contrées du sud Gironde, il est commun d’observer d’épaisses couches de pollen parsemées sur les parterres ou surfaces, comme de la poussière jaune presque fluorescente.

Cela peut susciter encore plus d’inquiétude par rapport au virus du COVID-19 compte tenu du fait qu’ils altèrent, tous les deux, les voies respiratoires.


Savez-vous que la période de pollinisation en France s’étend de la mi-février et à la mi-novembre. Cela laisse donc peu de de répit aux personnes sensibles et allergiques. D’autant plus qu’il est constaté que les personnes pneumo-allergiques (Symptômes affectant les voies respiratoires) sont souvent sensibles à d’autres facteurs ayant les mêmes effets : elles sont donc définies comme pneumo-allergènes (le pollen n’est pas responsable des symptômes mais est une conséquence) et présentent souvent des symptômes d’asthme, de conjonctivite ou de rhinite.

Notons par ailleurs que tous les pollens ne sont pas tous allergènes et ne sont pas tous aussi « agressifs ». Ils se répartissent en 3 catégories : faible, modéré et fort (le pin maritime, malgré sa forte concentration atmosphérique, est considéré comme faible).

Comment agir de façon préventive ?

Cette question est essentielle et devrait être dans tous les esprits. La naturopathie nous invite en effet à prendre soin de nous sur le long terme. Elle nous propose de renforcer notre corps avant l’épreuve de façon à ce qu’il soit capable de mieux combattre les effets, l’infection, l’inflammation le moment M.

Nos poumons ont besoin d’oxygène et les circonstances actuelles nous permettent en effet de nous rendre compte que sans oxygène, la vie est menacée.

La naturopathie n’agit pas sur les causes (COVID-19, virus, pollen), mais sur le terrain : le corps.

De ce fait, elle préconise :

- Une réforme alimentaire en privilégiant les fruits, légumes, oeufs et quelques laitages.

Ces aliments apporteront des nutriments essentiels. Acheter ainsi des produits autres que sains et naturels, c’est faire le choix inconscient d’affaiblir votre corps. Consommer des aliments sains et non transformés, c’est s’assurer une meilleure santé. Hippocrate nous rappelle cela en précisant que notre médecine se trouve dans notre assiette. Le facteur alimentaire doit être jugé de la plus grande importance : il peut être nutriment ou poison. Quelques tolérances en millet, pomme de terre bouillie, biscottes, riz

- La consommation de condiments et épices ail, d’oignons, de serpolet, de curry, de thym) pour aider dans la détoxification les émonctoires. L’oignon par exemple a le pouvoir de déboucher les bronches notamment.

- La pratique d’une activité physique et sportive , mettant le corps en mouvement. L’exercice ou la gymnastique respiratoire avec du Pilates, de la Danse, du Yoga, du Pump Pilat’, la course à pied etc… aident à booster la circulation, déloger les déchets et les toxines favorisant leur élimination.

- La gestion des émotions avec la sophrologie, l’hypnose, la PNL, la méditation, le yoga. Les émotions créent de véritables toxiques au même titre que celles issues de notre alimentation et digestion. Apaiser ses émotions, c’est limiter les toxines. N’avez-vous jamais entendu : une émotion non dite ou évacuée se cristallise dans votre corps ?

- Le calme mental à favoriser avec la sophrologie, méditation pour les même fonctions dites précédemment.

- La friction L’usage des plantes et huiles essentielles (onction du thorax avec les huiles essentielles d’Eucalyptus/aérosol d’huile essentielle de marjolaine ou de Ravintsara dans la chambre et dans la maison/bains à l’HE de camphre)/Consommation d’une goutte d’HE d’eucalyptus radié sur 1 sucre. Elles ont des propriétés antiseptiques, drainantes et detoxifiantes.

- de tout le corps aux essences aromatiques (serpolet, romarin, marjolaine, camphre) pour dynamiser la lymphe : Il améliore la circulation du sang et le système lymphatique. Les pores s'ouvrent, la transpiration peut s’évacuer.

- L’emploi de bouillote chaude sur les côtes droites et gauches pour aider le pancréas et le foie dans leur fonction d’émonctoires. Elle les stimule pour éliminer les déchets et les toxines de l’organisme et facilite le travail du corps à se détoxifier.

- La sudation avec des bains (chauds super-caloriques pendant 10 minutes 2 à 3 jours), ou l’exercice qui permettent un échauffement. C’est ainsi aider le corps à éliminer par le biais de la transpiration. L’épuration se fait naturellement grâces aux glandes sudoripares et sébacées. L'évacuation de déchets se met en place par le biais de la transpiration, et suscite la purification du sang.

- La réflexologie palmaire et/ou plantaire pour susciter le drainage lymphatique.

- Les techniques respiratoires avec la sophrologie, la méditation, le Pilates pour soulager les poumons, activer une respiration abdominale plus ample et profonde, aidant dans les fonctions respiratoire et d’émonctoire du corps.

- Les techniques manuelles de massage (thorax avec HE d’eucalyptus et massage profonds sur le pourtour du diaphragme avec du camphre pour aider le corps à évacuer au niveau des poumons le gaz carbonique, mais aussi les glaires et mucus.

- L’usage de rayonnement naturel au soleil, ou via des techniques énergétiques telles que le REIKI pour apporter de l’énergie essentielle.

- La sur-respiration en milieu oxygéné (promenade en pleine nature ou oxygénation des habitations) pour permettre au corps de se ressourcer dans un milieu naturel et plus sain ; agissant au niveau physique, physiologique et mental. On n’utilise Qu’une infime partie de nos capacités respiratoires sont utilisées. Le gonflement des bronches par l'air inspiré appuie sur les organes placés en dessous du diaphragme permettant ainsi un massage de ceux-ci et une meilleure capacité respiratoire permet l’entrée d’un plus grand volume d’oxygène et, par conséquent, une meilleure évacuation du dioxyde de carbone (déchet métabolique provenant des organes et déposé dans le sang).aujourd’hui beaucoup de personnes expirent moins qu’elles inspirent : le volume résiduel augmente et l’inspiration devient plus difficile, sans compter que la toxine devient un résidu plutôt que d’être éliminée.

- La suppression de tabac, d’alcool, de vin et de toute alimentation de corps gras/industrialisés, à base de viandes/pain blanc, sucres, pâtes et beurre pour éviter d’encombrer encore plus le corps.

Pourquoi toutes ces propositions ?

Il est estimé que les personnes sensibles ont souvent un terrain (L’organisme) affaibli.

Les personnes qui appartiennent à la catégorie de personnes dites sensibles sont souvent sujettes au cholestérol, à l’obésité, à un taux élevé de triglycérides, à des bronchites et des sinusites à répétition, à du diabète, des rhumes chroniques… Elles présentent un terrain à toxémie élevée. En effet la toxémie colloïdale est souvent avérée (La toxémie désigne l’accumulation de toxines et de déchets au niveau des humeurs. Les humeurs sont les liquides de l’organisme: sang, lymphe, bile, etc..).

La toxémie suppose un déséquilibre du milieu humoral : de par leur consommation, les sucres et les graisses ont produit des déchets de nature colloïdale (colle) qui ne sont pas solubles. Très proches dans leur composition des mucus sécrétés par les différentes muqueuses (digestives, pulmonaires, vaginales), ces colles sont naturellement éliminées par les muqueuses. Mais si ces colles ne sont pas évacuées par le foie, les intestins, les poumons et les glandes sébacées, l’organisme tentera de les enfermer dans des zones délimitées. Si la situation perdure et en l’absence de réforme d’hygiène de vie et d’alimentation, des maladies chroniques s’installent car le niveau de toxicité augmente. Les humeurs deviennent plus visqueuses, les échanges entre les cellules et le liquide extracellulaire se ralentissent et nous assistons à une asphyxie progressive des cellules.

Il est à noter que le système respiratoire joue un rôle essentiel dans le maintien de l’équilibre de tout l’organisme.

Grâce à lui, bien sûr nous respirons, mais il joue aussi un rôle de filtration et de protection des organes. Il prend régulièrement le relais d’un foie surchargé qui n’arrive pas à faire l’épuration. C’est pourquoi la peau fait partie des émonctoires (et peut créer une acné chronique ou des rhumes à répétition). Les poumons (qui assurent un rôle émonctoire complémentaire au foie défaillant en éliminant les colles et substances résiduelles des amidons) sont quant à eux plus fragiles et peuvent s’affaiblir quand ils doivent supporter plusieurs années, la charge d’éliminer les déchets, d’où la sensibilisation aux attaques microbiennes.

Si l’équilibre est rompu par une mauvaise oxygénation (ce qui est le cas), la sensibilité bronchique est accrue et la fonction respiratoire s’en trouve fragilisée. Elle subit alors de plein fouet les agressions extérieures telles que pollution, pollen, allergies, virus.

Chaque cellule baigne dans un sérum extracellulaire qui est un milieu où la cellule rejette ses déchets et où elle reçoit oxygène et aliments. La pureté de ce milieu (humeur) conditionne la vie de la cellule. Ce milieu est drainé par la lymphe (activée par l’exercice, la marche, les massages) et cette lymphe est drainée quant à elle par le sang.

Le terrain étant affaibli, des carences apparaissent, l’immunité est fragilisée et d’autres symptômes peuvent apparaître avec leurs lots de complications (ce que malheureusement nous constatons aujourd’hui avec ces troubles respiratoires).

Bien sût tout le monde ne tombe pas malade.

Les prédispositions innées de chacun, leur alimentation, leur état physique ou psychique, leur fatigabilité ou leur environnement affectif et familial jouent un rôle essentiel dans le déclenchement ou pas d’une allergie, inflammation, maladie ou réaction virale. Le virus ou l’allergène n’est que l’hôte indésirable d’un terrain devenu favorable à son intrusion.

L’altération du terrain est due à 3 facteurs principaux :

- Aliments dénaturés

- Dérèglements endocrinien (émotions, sommeil)

- Insuffisances émonctorielles impliquant la peau, les reins, les poumons, et l’intestin (avec son foie et sa vésicule biliaire).

Notre peau n’est pas qu’une limite corporelle, il s’agit d’une enveloppe cutanée qui vit et respire : elle draine l’organisme et collabore avec les reins (Urée) et les poumons (Mucus) en éliminant les toxines via sa fonction sudoripare.

Il s’agit là de pistes à considérer afin d’alléger les surcharges/dérèglements accumulées au fil du temps et permettre à l’organisme de retrouver son équilibre naturel. Espérant vous avoir éveiller à cette conscience du corps bien complexe mais si précieuse.

Dans tous les cas, Prenez bien soin de vous,

Sophie



Les informations présentes dans cet article ne se substituent en aucun cas à un traitement médical et allopathique. Elles ne vous dispensent pas non plus de consulter et/ou de suivre les recommandations de votre médecin.


06.95.06.03.10

©2019 by Sophie Colas. Proudly created with Wix.com